Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

On ne mélange pas les temps dans un récit ! NA !

Ah bon ?

Il y a quelques années, je m'étais inscrite dans un forum de littérature fantastique qui avait son comité de lecture et donnait des conseils zavisés.

J'avais envoyé par fichier les premières pages de CASMIR A DISPARU,  et tollé car au début du récit, je commence au présent, pour, au détour d'un paragraphe embrayer sur l'imparfait et le passé simple.

Le trés sérieux comité de lecture m'avait dit que CELA NE SE FAISAIT PAS.

Je me suis désincrite sans regrets de leur forum.

Le temps passe et les tomes avancent.

Aujourd'hui, je me suis remise à la relecture du VILLAGE OUBLIE de THEODOR KROGER. Je n'avais pas fait attention. Tout commence par un récit au présent, la fuite à bord d'un bolide, pied au plancher pour rejoindre la frontière Finlandaise, fracassant les barrières du poste frontière, les balles sifflant de tout côté, suivi d'une capture.

Passé le coup de crosse qui anéantit tout espoir de fuite. Théodor Kroger se réveille et le récit passe  au passé simple et à l'imparfait.

A ma première lecture, je n'y avais pas fait attention. A ma seconde lecture, qu'est ce que ça m'a fait plaisir...

C'est donc possible et surtout, l'effet est garanti. 

Catégories : BILLET DU JOUR

Commentaires